JORDANIE avril 2018
suite   >

Arrivée le 10 avril à AMMAN , en fait plutôt le 11 à 1h du matin.

Ville bâtie sur des collines à perte de vue. Des trottoirs souvent impraticables, des automobilistes qui klaxonnent pour manifester leur impatience, une propreté aléatoire... De très nombreuses boutiques, regroupées par spécialité, des souks regorgeant de très beaux fruits et légumes avec des marchands à la voix perçante... Donc une impression de déjà vu. La citadelle bâtie et rebâtie par des romains, byzantins, Omeyyades occupe la plus haute des collines. En contrebas, adossé à la colline voisine, le magnifique amphithéâtre romain qui peut accueillir 6000 spectateurs, bons grimpeurs. Voilà pour les pierres.
Les visiteurs occidentaux n'étaient pas très nombreux, tant mieux, il y avait surtout des groupes de lycéennes : très joyeuses, chantant et dansant au son d'un tambourin. A la citadelle nous avons été surpris lorsqu'un de ces groupes s'est abattu sur nous comme une volée de moineaux ! Elles parlaient toutes à la fois : comment vous appelez-vous ? d'où venez-vous ? quel est votre âge ? Très intéressées par les yeux et les cheveux d'Hélène... Il a fallu nous prêter à de nombreux selfies ! Sur les gradins de l'amphithéâtre nous avons de nouveau été "assaillis" par un groupe de lycéennes tout aussi chaleureuses. Ce sera le très bon souvenir d'Amman.

Le 12 nous prenons la direction du désert qui s'étend à perte de vue à l'est d' AMMAN. Objectif : voir les "châteaux du désert".
Le premier Qasr El Kharana apparaît comme un cube incongru posé sur la plaine immense. Mais il ne faut pas se fier à son apparence haustère : c'était un caravansérail, c'est-à-dire un relais pour les caravaniers et leurs chameaux, offrant fraîcheur et protection.


Du second "château", Qasr Al Amra, il ne reste que les thermes, mais quelle merveille :: un élégant bâtiment avec de très belles fresques recouvrant murs et plafonds.


Quant au troisième Qasr Al Azraq est une ancienne forteresse construite au IIe siècle par les Romains, exclusivement en pierre, portes et poutres compris ! Il est connu pour avoir été la résidence du célèbre Laurence d'Arabie. Il a malheureusement été victime d'un temblement de terre en 1927.

Revers de la médaille : il a fallu rouler dans AMMAN pour en sortir et la contourner de même qu'en rentrant pour rejoindre un hôtel à Al SALT, à l'ouest d'AMMAN. Je préfère rouler dans Paris, la circulation peut y être dense aussi, mais au moins on respecte le code de la route. Ce sera le mauvais souvenir d'AMMAN...

Le vendredi (13) nous nous sommes dirigés vers le nord pour aller voir deux sites romains Umm Qays et Jerash. La route a rejoint la vallée du Jourdain, importante région de cultures, avec beaucoup de serres. Une surprise nous attend au premier site : de nombreux indiens débarquent de plusieurs cars, en vêtements traditionnels.

Le second site Jerash est beaucoup plus intéressant : grandiose et bien mieux conservé. Pas d'indiens mais beaucoup de jordaniens, nous sommes vendredi.

14, 15 : nous quittons la région d'AMMAN et sa circulation stressante en empruntant la "Route des Rois" vers le sud. Vitesse moyenne 40 kmh car nous traversons de nombreuses agglomérations très animées. La route est très pittoresque, la végétation assez verdoyante, sauf lorsque nous traversons deux cañons. Destination le parc naturel de Dana. De nombreux sentiers permettent de le parcourir. Pas assez courageux pour nous engager vers le fond de la vallée (1100m de dénivellé) qu'il faudrait remonter en pleine chaleur, nous nous contentons d'une marche raisonnable sur un chemin ombragé suivant des rigoles d'irrigation. Dana est un très vieux village en voie de restauration pour offrir des possibilités d'hébergement. Nous y croisons plus de touristes français qu'ailleurs.

Le lundi 16 nous poursuivons notre chemin vers le sud pour voir la fameuse PETRA. En cours route nous nous arrêtons pour visiter un château construit au 12e par des croisés. Plusieurs classes de jeunes écoliers visitent aussi le château, ils sont très heureux de se faire prendre en photo. Et nous atteignons PETRA que nous découvrirons demain et après-demain.


A suivre...
suite   >